Elle s’appelait Sarah

Ce site est en train de s’endormir… Pas que je n’ai rien à dire, mais je n’ai plus trop de temps. Aller hop, je m’y remets, à minima pour vous faire part de mes dernières toiles dans les salles obscures, et de mes dernières lectures.

Je suis allé voir ce film avec un moral d’enfer… et il vaut mieux. Pour une raison que j’ignore, les évènements qui se sont produits durant la seconde guerre m’ont toujours perturbé (émotif moi ?). J’avais un a priori plutôt positif avant d’aller voir ce film, et je ne me suis pas trompé : j’adore Kristin Scott Thomas, elle ne m’a pas déçue. Les autres acteurs sont très bons eux aussi.

L’histoire s’appuie sur une coïncidence peu probable : la belle famille de miss Scott Thomas (journaliste d’origine américaine vivant en France depuis 20 ans dans le film) est propriétaire d’un appartement dont l’histoire est en lien avec l’enquête qu’elle mène sur la rafle du Vel d’Hiv. Au delà du trouble qu’elle vit en creusant les évènements liés à son travail, la petite histoire de l’Histoire qu’elle débobine va aussi lui faire prendre du recul sur sa vie, et servira de catalyseur à plusieurs virages que celle-ci va prendre…

J’ai réellement adoré le fait que ce film n’est pas dégoulinant de bons sentiments (c’était ma seule crainte avant d’y aller au départ). Oui, la rafle du Vel dHiv est un passif pour le moins déplorable de notre histoire. Mais après, au delà du devoir de mémoire (ce film permet ainsi de peindre notre proche historie à nos jeunes têtes blondes, afin qu’ils réfléchissent à ne pas faire les mêmes erreurs), il faut bien continuer à vivre…

download Fond musical : Catherine Lara – Armen, Noam et Salih : chant: Anne-Marie Millazzo

Laisser un commentaire