Projet dégooglelisation phase 1, le navigateur et le moteur de recherche

DegooglelisationAyant décidé de me dégoogleliser, je vais rédiger quelques articles qui n’auront pas vocation faire du prosélytisme visant à ce que vous fassiez comme moi, mais juste vous faire un retour d’expérience, et vous donner des pistes et des astuces si vous voulez faire pareil. La première étape aujourd’hui, certainement la plus simple : arrêter d’utiliser le navigateur Chrome et le moteur de recherche Google (en tout cas, dans sa forme qui vous espionne).

Avant de commencer, je vais vous résumer ma philosophie liée à ce changement :

  • ne pas remplacer un piège par un autre. Autrement-dit, ne pas remplacer Google par Yahoo! ou Bing, ou tout autre société ayant le même modèle de développement, les mêmes cotés pervers, etc. ;
  • si possible, trouver des équivalents libres et ouverts. Ca ne sera pas toujours possible, mais privilégier ces pistes quand elles existent ;
  • avoir le moins de régression fonctionnelle possible. Quand j’ai présenté les produits et services de Google dans mon précédent article, j’ai utilisé par mal de superlatifs. En effet, on peut reconnaître une chose aux produits de Google : ils sont souvent quand même plutôt bien fichus. Ce sont des outils faciles, souvent intuitifs, puissants… Les concurrents ne sont pas toujours à niveau. Que voulez-vous, on n’a pas de liberté sans un peu de Chienlit… ;
  • enfin, payer le juste prix. Car ne nous leurrons pas, les Go, les serveurs, les réseaux, le temps de développement, ça se paye. Si on veux rester indépendant, ça veut dire pas de revenu publicitaire ou provenant de lobbies. Certaines alternatives resteront gratuites, mais pour d’autres, il faudra peut-être bourse délier.

FirefoxAlors c’est parti… Première étape : ajout/suppression de programmes, sélectionner « Google Chrome », et cliquer sur « désinstaller ». Et pour remplacer par quoi je vous prie ? Je vous propose tout simplement (sans surprise) l’excellent Mozilla Firefox. Existe sur tous les OS (Linux, Windows, MacOS, et même sur Android : Cf ce lien vers Google Play). Toutes ces versions peuvent même se synchroniser entre elles (même page de démarrage, synchronisation des favoris, etc.). Seul petit inconvénient : il y a peut-être des extensions (TweetDeck pour ma part) qui tournent sous Chrome, et dont on ne trouve pas l’équivalent sur Firefox. Pour ces cas particuliers, je vous propose ou bien Chromium (la version open source de Chrome, disponible de base dans beaucoup de distributions Linux, et qui n’intègre pas les mouchards qui nous énervent), ou Maxthon (méfiance tout de même avec ce dernier : même s’il est garanti sans mouchard par la société éditrice, son code n’est pas open source, et il s’agit d’un navigateur… chinois).

DuckDuckGoDeuxième étape : changer de moteur de recherche. Pour ce besoin aussi, il n’y a pas beaucoup de candidats, et un seul sort vraiment du lot(*) : il s’agit de DuckDuckGo (oui oui je sais, c’est plus pénible à retenir et à taper au clavier). Mais DuckDuckGo a pas mal d’avantages :

  • il ne vous espionne pas,
  • reste très puissant car il utilise le résultat de votre requête auprès de plusieurs autres moteurs (dont Google, mais sans lui révéler votre identité 😉 ),
  • personnalisable grâce aux commandes « !bang » . Pour faire simple : commencez votre requête par « !w » pour avoir le résultat de la recherche sur Wikipedia (et « !wfr » pour la version française), « !g » pour avoir la réponse de Google (idem, utilisez « !gfr » pour avoir la réponse de Google France), voire même « !kbn » pour faire une recherche sur le site de Korben (non mais le frimeur celui-là 😉 ) ;
  • et pensez à aller sur https://duckduckgo.com/settings pour éventuellement désactiver la pub, et surtout privilégier les réponses en Français (sinon, les résultats peuvent être bof bof).

Notez que DuckDuckGo peut remplacer avantageusement la recherche Google sur votre mobile Android, grâce à l’application DuckDuckGo search & stories disponibles sur le PlayStore. En ajoutant le bon widget, votre bureau qui ressemblait à ça :

Avant

ressemblera maintenant à ça :

Apres

(*) : c’est amusant, alors même que je rédigeais le présent article, j’avais déjà deux réponses sur twitter de @kinux31 et de @zerozeroced à mon article précédent, qui m’invitaient à tester les moteurs de recherche qwant.com, searx.me (qui semble basé sur du code open source), ixquick.com et startpage.com. Je sens que je vais tester tout ça et revenir avec un petit comparatif… (mais avant promis, je vous expliquerai comment j’ai quitté GMail et Hangout).

download Fond musical : Jacques Brel – Ne me quitte pas

Commentaire

Projet dégooglelisation phase 1, le navigateur et le moteur de recherche — 2 commentaires

  1. Hi Emmanuel!

    Sympa de parler de Chromium. 🙂
    Merci de votre soutien. De plus, j’ajouterai aussi Midori (basé sur Qt) qui est un excellent navigateur open-source, surtout sur Linux.

    Concernant les moteurs de recherche, oui, Searx est open-source: https://github.com/asciimoo/searx
    Cependant, c’est un méta moteur (un peu comme DuckDuckGo, Startpage, Ixquick…).
    Il y a aussi l’excellent open-source googol de Warrior-du-dimanche: https://github.com/broncowdd/googol
    L’avantage, c’est que tu peux l’héberger sur n’importe quel serveur! 😉
    A+

Laisser un commentaire