Embrasons-nous…

cliquez pour voir Saez aux victoires de la musiqueCes dernières années, j’ai pour habitude de boycotter les victoires de la musique, comme l’invitait à le faire le site d’evene d’ailleurs. Déjà parce que je n’avais pas envie de revoir un présentateur faire des louanges mielleuses et imméritées à Christine Albanel, comme ça a déjà été le cas au MIDEM lors des derniers NRJ Music Awards. Mais surtout, parce que c’est le genre de soirée qui met en valeur l’industrie du disque… Or, ne trouvez-vous pas qu’il y a un paradoxe dans l’expression « industrie du disque » ? L’art est-il industrialisable ???

Cette même industrie du disque qui se pose en lobby pour faire passer en force cette honteuse loi HADOPI. Pour ceux qui ne suivraient pas l’actualité du net, un petit cours de rattrapage sur ce qu’est cette loi qui sera débattue dans quelques jours :

  • sur le site de la quadrature du net, qui invite d’ailleurs tous les blogeurs à procéder au black-out de leur site, ce qui explique pourquoi le présent article est en berne,
  • sur le site de l’April, qui appelle lui aussi à la mobilisation,
  • sur le site blogeee,
  • sur le korben’s blog,
  • et tant d’autres

Heureusement, quelques artistes profitent d’être dans ce système pour prendre le maquis, et dire ce qu’ils ont à dire sur ce monde économique et financier dans lequel nous sommes. En l’occurrence, hier soir, c’est l’artiste Saez qui a eu le courage d’écrire au pied levé un texte et une chanson pour dénoncer les milliards engrangés sur le dos de la crise. Entre parenthèses, à ce sujet (merci Virginie pour le lien), je ne peux m’empêcher de vous faire suivre l’excellente caricature de TOX :

cliquez pour voir Saez aux victoires de la musiquePour revenir aux victoires de la musique, si, comme moi, vous n’avez pas vu cette séquence avec Damien Saez en direct, voici le lien (ou cliquez sur l’image ci-contre). Je n’ai rien à ajouter, sinon mes applaudissements, et le script du début du texte :

<<  
  Tes parents sous anxiolytique dans les mines modernes,
Du gasoil dans la bagnole rentrait la tune dans ta compagnie,
Tes bénéfices aux actionnaires, toi qui galère pour payer des fringues à tes mômes,
Que t’es triste à mourir.
La jeunesse est au shit, à la c, à la colle,
Dit-moi qu’est-ce qu’on lui offre qui vaille mieux que ça ?
Que l’appât du gain toujours encore de l’avoir sur nos êtres,
Nous n’avons plus de rêve que celui d’oublier,
Tu les as vu les autres ?
Ils ont le regard pauvre, plein de sous dans leurs poches,
La commission qu’ils se sont faits pour le crédit de leurs bagnoles,
Ils sont en Porsche ou en Aston, toujours accompagnés d’une conne,
Ils ont le regard de la mort, le regard de la mort,
L’obscurantisme décidément fait des petits de jours en jours,
C’est sûr eux, ils brûlent pas de bagnoles,
Pendant qu’ils font des farandoles, dans leurs putains de boîtes de nuit,
Dans leurs putains d’assemblées, c’est sûr qu’ils font partie de la communauté.
[…]
>>  
download Fond musical : Raphael – Cela nous aurait suffi : dans le même style…

Commentaire

Embrasons-nous… — Un commentaire

  1. Notre imbécile de gouvernement ne sait que deux choses : la répression et la corruption. Alors la loi HADOPI va dans la logique.

    Vive la résistance !

Répondre à virginie Annuler la réponse.