Avec quoi dans les oreilles cours-je ?

Via son blog, notre ami Vincent vient de me demander ce que j’écoute lorsque je cours. Question éminemment intéressante, mais réponse pas si simple à donner.

Coté matos, c’est encore facile à décrire. Les critères de choix du mp3man sont les suivants : 1) matériel qui utilise une pile. Oui, rien de plus pénible que de vouloir aller courir, et de se rendre compte que la batterie est déchargée… Avec des piles, pas de souci. Au pire, on prend des piles rechargeables, et si on oublie de les recharger, on utilise des Alcalines. 2) pas cher. Et oui… comme il arrive qu’il pleuve, ou qu’on transpire en courant, le matériel (généralement non étanche) souffre. J’ai bien commandé sur le net un sachet étanche (avec une fiche jack mâle à l’intérieur, et une femelle dehors pour y brancher le casque), mais le sachet s’est révélé trop petit pour y glisser mon lecteur. Comme je glisse le lecteur dans un brassard ad hoc, vous allez me dire que je n’ai qu’à mettre le dit brassard sous le K-way… Sauf que ça ne règle pas le problème d’humidité liée à la transpiration, et en plus, on ne pense pas toujours à prévoir un K-way au cas où il pleuve. Bref, comme le mp3man est fragile, il peut tomber en panne, alors, mieux vaut prendre du pas cher pour ne pas pleurer ensuite. Enfin, 3) si possible : capable de lire une carte SD. En effet, les mp3man d’entrée de gamme ont souvent des ports USB leeents, et il est alors pénible de se faire une compile. La carte SD permet de charger les MP3 rapidement avec un bon lecteur de carte.

Ce troisième critère doit vous mettre la puce à l’oreille concernant ma difficulté à répondre à la question de Vincent : et bien oui, je change tout le temps ma playlist. Il est assez rare que je cours 3 fois de suite avec le même enchainement de MP3. C’est selon l’humeur…

En fait, maintenant, je cours vraiment pour le plaisir. Fini les envies de perfs, les musiques rythmées qui aident dans les courses avec plein de fractionné faits exprès pour progresser. Enfin… je mets quand même souvent des musiques plutôt entraînantes, mais pour autant, je peux tout aussi bien courir avec de douces musiques classiques, ou des musiques africaines ambiance « zen ».

Si vous voulez avoir une idée du coté très varié de ce que j’écoute, il vous suffit d’écouter toutes les musiques que je vous mets dans les fonds musicaux du présent blog. Je crois que toutes ces musiques ont été au moins une fois dans une playlist utilisée pour courir.

Aller, pour répondre tout de même précisément à la question qui m’est posée, voici ce qu’on trouve aujourd’hui même dans mon mp3man : Green Day, Linking Park, Nickelback (plutôt rock ces 3 là), puis du Salif Keita et du Keith Jarrett (zen et cool), un Cabrel (heuu… juste parce que j’avais envie), et quelques tubes qu’on entend en boucle à la radio actuellement : Milow, Pink, Syntax, et Rio (ça, ça donne la pèche). Bon, désolé, je crains que la chaîne ne s’arrête là : je ne connais pas d’autre blogueur coureur…

Nb : amis coureurs, petit rappel. Avec la musique et la course, on a tendance à s’évader, à perdre le sens de la réalité. Aussi, gardez tout de même la tête sur les épaules (et les yeux grands ouverts) quand vous traversez (un accident est si vite arrivé).

download Fond musical : Survivor – Burning Heart : tiré de la BO de Rocky (ça s’imposait 😉 )

Commentaire

Avec quoi dans les oreilles cours-je ? — Un commentaire

  1. je ne suis pas sportive pour deux euros trente sept ou trente huit ; néanmoins je pratique à Paris le vélo depuis de nombreuses années, bien avant la mode du vélib., un reste de vécu en Hollande d’où vient mon vieux vélo. ce soir en rentrant du travail, sur une place pavée et sous une averse, j’ai cru ma dernière heure arrivée ! J’ai eu un flash et ai pensé à votre accident (j’avais lu la veille les articles de votre blog).. Une voiture derrière moi, n’ayant visiblement pas regardé qui la devançait, a freiné in extremis… pour piler j’ai presque senti le pare choc contre mon garde-boue… J’ai eu très peur…
    pourtant,je suis une cycliste prudente, je ne roule pas musique en tête, je respecte le code de la route…mais voilà sur les voies de circulation, en ville et sur la route, on n’est pas tout seul…Aussi, si chacun pouvait juste se le rappeler, être vigilant et juste relentir un peu..
    Mais, au fond , même si on est bien peu de chose, y a de la place pour tout le monde si tout ce monde veut bien faire un peu attention à chacun… sourire.

Répondre à marie Annuler la réponse.