Bee Movie

Alors, nous sommes dimanche, il fait un froid de canard, un vent à décorner les boeufs, les pitchounes qui tournent en rond à la maison, que faire ? Solution : emmener tout ce petit monde au cinéma.

Et tant mieux, le dernier Dreamworks vient de sortir. Son titre ? Bee Movie. Ce que j’en sais : les abeilles découvrent que les humains mangent leur miel, et font tout pour le garder. Alors, 20 bonnes minutes pour mettre doudounes, écharpes, bonnets, gants, et autre baume à lèvres aux 3 p’tit voyous, et hop, direction la grande toile. On oublie le dressage du p’tit dernier qui cherche à courir dans les allées, la ch’tite qui a faim, ahhh… ça commence.

Et là… ouaou… techniquement, parfait. Des dessins super bien fichus, les mouvements 3D à vous couper le souffle, à vous donner le vertige, les textures de tissus et les chevelures des insectes sont parfaites (pour ceux qui ne savent pas, ce sont deux difficultés techniques pas simples en modélisation 3D), et… et c’est tout. C’est tout ? Ben oui, c’est tout. C’est un peu court me direz-vous ? D’accord, mais c’est bien tout ce dont je me rappellerai de ce film. Car coté scénario… seul un cerveau d’abeille pouvait pondre ça.

Bref, Barry sort juste de l’école des abeilles, et s’apprête à choisir son métier qu’il aura pour toute sa vie (et oui, c’est comme ça chez les abeilles). Or, une opportunité s’offre à lui : il fait une petite sortie avec les chasseurs de pollen. Je vous passe les accidents qui lui arrivent, et il se retrouve à papoter avec une charmante fleuriste qui lui a sauvé la vie. Ah oui, parce que les abeilles causent humain (anglais pour être précis, l’histoire se passe à New-York). Il leur est interdit de causer avec nous, mais elles savent le faire. Je vous passe – à nouveau – les détails, et voilà que notre petite abeille découvre que les être humains sans pitié exploitent les ruches pour piquer leur miel pour leur propre consommation. Et que va faire l’abeille en questions ? Se rebeller ? Rameuter toutes les autres abeilles pour piquer les hommes, les empêcher de prendre le miel ? Et bien non. Monsieur Barry va potasser le droit, et attaquer l’espèce humaine en justice. Super crédible non ? Je ne vous raconterai pas la fin (les abeilles gagnent le procès, on leur rend leur miel, elles arrêtent de butiner, donc il n’y a plus de fleurs car plus de pollinisation… mince, j’avais dit que je ne vous raconterais pas la fin), mais sachez que c’est peu crédible, sans surprise, téléphoné.

Souvent, dans les bons dessins animés que les USA nous envoient ces dernières années, si on oublie le coté moralisateur, on a souvent 3 niveaux : un niveau compréhensible par les petits pitchounes de 3 à 6 ans (mes poussins quoi), un niveau plus potache et moins neuneu pour les ados, et parfois un niveau bien plus subtile pour les adultes. Or, là… Quelques essais d’humour que seuls ceux ayant une culture (ou plutôt une sous-culture) américaine (comme par exemple, ceux qui savent quel genre de programme passent sur leurs postes TV) pourront comprendre. Bref, vous l’aurez compris : film qui ne conviendra qu’aux djeunez de 3 à 6 ans, et aux fans de Superbus (ya une chanson d’eux dans le générique final… je ne sais pas si c’est le cas dans la version US ; quelqu’un sait ?). Et encore…

Fond
musical :

 

 

ESPNNational Hockey Night Theme : C’est une toute chtite zic d’une minute, utilisée en intro aux matchs de Hockey aux USA il y a quelques années, qui ne paye pas de mine, mais qui met la pêche le matin au réveil.


Commentaire

Bee Movie — 5 commentaires

    • Ahhh, ben tu ne peux pas savoir tout sur tout… Je me rends compte que j’ai été un peu dur avec ce DA (plutôt parce que j’ai été déçu par rapport à leurs dernières productions).

  1. Je suis allée voir Bee Movies, après avoir lu ta critique et celle de Fanette. Bon, j’ai suivi, parce que tellement vos critiques m’ont refroidi que du coup, j’avais l’impression de jeter des sous.

    Au moment du générique de début, j’ai soufflé un grand coup et je me suis dis (intérieurement) façon méthode Cauet (mais non, je sais que c’est Coué !), le film il va être bon, tu vas pas t’ennuyer. Déjà que je fais un effort surhumain, hein.

    Et finallement, contre toute attente, j’ai bien aimé. J’ai souris, etc…

    Alors de deux choses l’une, je suis trop au courant de ce qui passe sur la US Tivi ou j’ai un cerveau âge de 3 à 6 ans.

    Je crois bien que ce sont les deux ^^


    Posté anonymement par Elza (site web)
    • A voir les pubs TV des programmes d’entrainement sur NintendoDS, il semblerait que plus ton cerveau est jeune, mieux c’est. Alors, ne te plaint pas d’avoir un cerveau de 3à 6 ans 😉
      Plus sérieusement, ce que tu me dis est logique : la plupart des films où on m’a dit qu’ils étaient géniaux, comme j’en attendais beaucoup, j’ai été déçu. Inversement, quand on me dit qu’un film est nul, par contraste, je le trouve pas si mal que ça. Tout est relatif…
      C’est d’autant plus relatif que mon propre jugement est relatif à des productions que j’ai en tête, et qui étaient d’un autre niveau. Par exemple, si je compare Bee Movie à Shrek 1 (simple exemple), je pense que les deux films ne jouent pas dans la même cour…
      Mais effectivement, Bee Movie, pris isolément, n’est pas si nul…

      Merci pour ta remarque, @+…

  2. Je me plains pas, hein, j’assume mon cerveau 😉 sinon, je n’aurais pas laissé de commentaire.^^

    Mais le plus drôle, c’est que ma fille de 5 ans a pleurniché du début à la fin parce qu’à peine arrivée elle avait mal dans l’oreille et que la petite de 2 ans a passé la moitié du film à passer de maman vers papa et de papa vers maman et l’autre moitié à dormir.

    Du coup, seuls les parents ont profité ! 😉


    Posté anonymement par Elza (site web)

Répondre à Manu Annuler la réponse.