Les choses n’existent que si elles sont broadcastées

Récemment, j’ai éclairé comment le pouvoir en place étouffait, ignorait, réprimait les actions menées contre sa politique, faisant ainsi mine que ce contre pouvoir n’existe pas. Cette technique, qui a démontré son efficacité pour la politique intérieure, semble être transposée sans complexe dans le domaine de la politique extérieure.

Le 06 janvier 2008, le Sunday Time publiait un article démontrant comment certains pays désignés récemment (par les dirigeants de notre bon monde occidental) comme peu recommandables (Pakistan entre autre) ont pu acheter des secrets militaires nucléaires via un trafic passant par la Turquie, et couvert (contre royalties) par des hauts fonctionnaires du Département d’Etat des USA. Ce trafic a été mis à jour grâce au témoignage de Sibel Edmonds, ex traductrice en langue turque du FBI.

Si l’affaire n’est pas banale, ce qui l’est encore moins, c’est que si la plupart des grands journaux mondiaux ont titrés leur une sur cette révélation (The Times of India, Pakistan Daily Times, Iran PressTV, Haaretz [Israel], le Daily News [Turquie]…), quelques pays semblent notablement posséder une presse bridée, comme les Etats Unis (mais ça n’est pas une surprise), et… la France ! En effet, quel journal français a relayé ce scandale (en dehors de quelques blogs) ? Ce silence a au moins le mérite de démontrer deux choses : les journaux français semblent bridés, et ceux qui les brident sont à la botte des USA…

Fond
musical :

 

 

Nathalie CardoneComandante Che Guevara


Commentaire

Les choses n’existent que si elles sont broadcastées — 6 commentaires

  1. Ecoute Emmanuel, vu que le pouvoir en place actuellement ressemble plus à une ploutocratie : ie ce sont « nos « actionnaires qui l’ont posé sur le trône, je ne suis pas étonnée de cette censure. Parce que « nos » actionnaires ont beau avoir un nom français, les actions, elles, sont de quel pays? Si elles sont monayées en dollards ….


    Posté anonymement par virginie (site web)
    • Ben tu vois, pour le coups, je ne suis même pas persuadé que ce silence ait été acheté en monaie. Ce qu’on ne ferait pas pour faire plaisir… à charge de revanche.

  2. Un blog sur le web plutôt à gauche, c’est quand même rare ! 🙂 Moi qui avait cessé peu à peu d’en lire, fatigué par les gargarismes iPhonesque (et pourtant je bosse dedans)… Merci nea pour cette découverte.


    Posté anonymement par balmeyer (site web)
    • Bonjour balmeyer, et merci pour ton passage par ici. De gauche… Oui, forcément, je suis plutôt gauchiste, mais je dois avouer que j’ai du mal à m’y retrouver dans les clivages actuels. Si la gauche, c’est la politique qui est prônée par ceux qui se disent de gauche, je ne suis pas chaud. Si c’est la défense d’utopies qui ont montré leurs limites au siècle dernier, bof. Bref, je crois qu’en la matière, la sécheresse d’idée de nos hommes politiques actuels me font dire que nus avons certainement beaucoup à inventer. Aussi, probablement beaucoup de choses à déconstruire, et à beaucoup de cu£µ# à botter 😉

Répondre à Manu Annuler la réponse.