Préservatifs à l’école

Voilà que ce soir, je passe à coté d’un poste de TV, et qu’entends-je ? Pujadas qui nous explique que les lycées avaient jusqu’à fin février pour installer des distributeurs à préservatifs (ce que je savais déjà, merci nea ; au juste, t’as trouvé où mettre le vôtre ?). Le journaleux explique que si certains sont pour (en particulier, les associations qui luttent contre les IST), d’autres sont contre.

Connaissant le dialogue du pape, je ne suis pas étonné de l’existence de ces derniers. Mais là où je sursaute, c’est que comme l’actualité ne doit pas être bien fournie en événements sensationnels, Pujadas nous propose un sujet où s’opposent les arguments de ceux qui applaudissent cette initiative, vs. le blabla des opposants. C’est déjà leur donner trop d’importance à ces derniers ! Alors, premier argument des moralisateurs : la présence de préservatifs va inciter les djeunz à coucher ensemble. On crois rêver ! Deuxième argument : ça n’est pas à l’école d’enseigner la sexualité ! Alors là, c’en est trop. Allons-y, supprimons les cours d’éducation à la sexualité pendant qu’on y est.

Moi aussi je pense que l’abstinence est importante. Mais quand je dis ça, je pense à la connerie…

Fond
musical :

 

 

GenesisJesus he knows me


Commentaire

Préservatifs à l’école — 6 commentaires

  1. eh tu sais quoi, parait que je ne suis pas ce que je prétends être… enf fait je dis des trucs au hasard et avec un peu de chance ça tombe juste^^


    Posté anonymement par nea (site web)
    • Tu devrais fighter les trolls qui viennent poluer ton blog, il sont en train de te laver le cerveau, et tu vas devenir schizophrène, ou parano 😉

  2. Effectivement c’est au pouvoir public d’apprendre aux jeunes les moyens d’éviter les maladies, les bébés intempestifs
    mais les us et coutumes sexuelles, je les range dans la sphère privée.

    Quant à l’histoire de la claque évoquée par néa, mon fils en aurai reçu une deuxième de ma part et je serai allée au bahut avec lui pour présenter nos excuses au prof

    Mais bon, je dois être ringarde !


    Posté anonymement par virginie (site web)
    • Ringarde, je ne sais pas. Mais tu vois, à la maison, je lutte pour que frères et soeur ne se battent pas (à 3 ans, l’envie d’envoyer une claque est naturelle). Alors, je ne peux pas d’un coté leur interdire la violence, et d’un autre, laisser les adultes montrer un autre exemple.
      Donc, comme toi, j’aurai donné raison à la position du prof (pas à son geste). J’aurais évidemment demandé au gamin qu’il se calme en cours, et qu’il obéisse. Mais derrière, j’aurais demandé un entretien au prof pour lui demander de se calmer. Et de lui proposer qu’il me rende compte quand ça dérape.
      Je pense qu’on a tout à gagner avec un partenariat parents/profs, à trouver une cohérence entre les deux…

Répondre à Anonyme Annuler la réponse.