Anna Gavalda – Ensemble, c’est tout

Anna Gavalda - Ensemble, c'est toutAvant toute chose, je vous le dis tout de go : j’assume. Donc, pas la peine d’essayer de me mettre en boîte avec ça : j’ai certainement un coté midinette. Ça, c’est dit 😉

Comment vous résumer ce livre… Vous parler de l’histoire ? Oh, quelques lignes suffiraient… On dit souvent qu’on est la conséquence de notre enfance, de notre jeunesse. Alors voilà quatre âmes perdues, abimées, torturées… Quatre êtres sur la brèche, qui surfent sur la ligne ondulée qui sépare le ying et le yang. Un cliché de ce qu’on trouve à tout coin de rue. Une artiste anorexique, un cuistot qui se tue dans le boulot et la routine pour ne pas regarder autour de lui, un aristo qui aurait simplement aimé qu’on l’oublie et qu’on le laisse vivre, une vieille touchée par Alzheimer mais oubliée par le plan qui porte son nom… Une main charitable par ici, une petite étincelle par là les empêchent de sombrer totalement. Le hasard va les rassembler dans un vaste et poussiéreux appartement haussmannien qui ne leur appartient pas. Et on comprend vite que chacun sera la béquille de l’autre. La fin, elle se devine.

Quoi ! Pas de suspense, ou si peu ? Mais alors, qu’est-ce qui fait que ce bouquin, une fois qu’on l’a dans les mains, on ne peut plus le lâcher, au risque d’avoir une tête de zombie en arrivant au taf le lendemain ? Avant tout, il y a le style. Bon sang ! Ce roman est le troisième d’Anna Gavalda, écrit après le fabuleux je l’aimais. Et à nouveau, il faut avouer que l’auteur a un sacré coup de patte. Encore plus acéré que dans le précédent roman je crois. Mais ça n’est pas tout. De belles lettres ne suffisent pas à elles seules à rendre quelques bouts de vie intéressants. Il y a… ces personnages ! Haut en couleur. Écorchés vifs oui… mais vivant. Oh, ils ne le savent peut-être pas encore. Il leur manque peut-être à éclore, mais quels caractères. Quelles âmes. Quelles relations. Je me suis permis (c’est assez rare) de vous raconter l’histoire, mais pour ce qui est de cette magie envoutante qui émane de ces protagonistes, des détails des chemins qu’ils parcourent, de leurs rencontres… Ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus. Achetez le livre ! Personnellement, je pars acheter les suivants.

download Fond musical : Keith Jarrett – The Koln concert (Part 1), 24/01/1975 : Depuis le temps que je cherchais une excuse pour vous la caser cette musique, cette fusée. Une impro à écouter jusqu’au bout, l’esprit ouvert…

Commentaire

Anna Gavalda – Ensemble, c’est tout — 5 commentaires

  1. Et bien moi aussi j’assume mon côté midinette : J’ADORE Anna Gavalda !!!!
    Cours vite acheter La Consolante.

    Et puis tiens : du Keith Jarrett dans mon Deezer pour accompagner ma matinée de travail 🙂

    Elle est pas belle la vie !

  2. Je ne me souviens plus bien quand – au moins trois ans) – j’ai lu ce livre et j’ai été bluffée !
    Rares sont les histoires qui me tiennent en haleine comme celle-là… Bien écrit…sans clichés…je suis fan… Pourtant, je n’ai pas cherché à retrouver cette verve dans ses autres bouquins… peur d’être déçue ? ! may be…
    Et le film alors, il était comment ?

  3. @Marie et Vincent: oui, le film est moins fort que le livre. Oh, l’histoire est aussi bien contée. Mais il manque le style d’Anna Gavalda, qui est vraiment une perle. Marie, tu peux lire du même auteur « Je l’aimais », tu ne seras vraiment pas déçue. J’ai adoré (il faut dire que l’histoire me causait en plus). De plus Vincent, j’ai dévoré — sur tes onseils — « J’aimerais que quelqu’un m’attende quelque part », j’en parle bientôt 😉

Répondre à vincent Annuler la réponse.